Le premier rachat d'actions en deux décennies

Le prêteur prévoit de relancer la vente de prêts hypothécaires à problème de longue date cette année. La Banque d'Irlande a indiqué qu'elle était entrée dans une perte avant impôt sous-jacent de 374 millions d'euros l'année dernière.

Une perte énorme

La banque a fait état d'une perte sous-jacente avant impôts de 374 millions d'euros l'an dernier, bien meilleure que l'avis consensuel des analystes sur un déficit de près de 600 millions d'euros. Cela a été facilité par le fait que ses provisions pour pertes sur prêts se sont élevées à 1,1 milliard d'euros - au bas de la fourchette de 1,1 milliard d'euros à 1,3 milliard d'euros que la banque avait précédemment prévus. De plus, la banque a surpris le marché boursier en retournant aux bénéfices au second semestre de l'année dernière. Le directeur financier du groupe, Myles O'Grady, a déclaré aux analystes lors d'un appel que 60% des frais de prêt pris l'année dernière couvraient des emprunts qui n'avaient pas encore rencontré de problèmes, car le soutien du gouvernement et les pauses de paiement bancaire ont soutenu l'économie l'année dernière, Génériques : découvrez ici.

Abandonner les plans de dividende

M. O'Grady a déclaré que la banque, qui réduit également les coûts à un rythme soutenu, y compris un plan de fermeture de 103 succursales sur l'île d'Irlande plus tard cette année, se concentre sur le retour aux bénéfices en 2021 et les « distributions » des actionnaires à partir de 2022. Celles-ci devraient inclure une reprise des dividendes des régulateurs et des rachats d'actions, a-t-il déclaré. Les actions de Banque d'Irlande ont augmenté de 4% à 3,52 € à Dublin
La dernière fois que la Banque d'Irlande était sur le marché pour racheter ses propres actions, c'était au début de 2004. Les prêteurs de la zone euro ont été contraints d'abandonner leurs plans de dividendes au début de l'année dernière alors que les régulateurs pressaient les banques de s'abstenir d'effectuer des paiements.